Montée en puissance du PC-21

Source : Armée de l'Air ─ Paris, le 22 juin 2018.

Les PC-21 entreront en service à Cognac en septembre prochain, prenant la succession des TB30 de l’école de pilotage de l’Armée de l’air d’abord, puis des Alphajet de l’école de l’aviation de chasse. Le programme de formation est adapté au niveau d’expérience des pilotes français, tous les quatre brevetés « chef de patrouille » sur avion de combat (Rafale, Mirage 2000-5, Mirage 2000D et Mirage F1).


Le Pilatus PC-21, nouvel d'entraînement de l'armée de l'Air

Séances de voltige, de circuits de pistes, d’application des procédures d’urgence au-dessus du lac des Quatre-Cantons… L’ergonomie du cockpit permet une prise en main rapide  de l’avion. Son comportement aérodynamique est extrêmement sain et les performances offertes par les 1600 chevaux du turbopropulseur remarquables.


Un cockpit assez révolutionnaire [1]
Le système de navigation et d’attaque du PC-21, clé de voûte de la formation des futurs équipages de Rafale et Mirage 2000, est à la hauteur des attentes de l’Armée de l’air. Radar air-air simulé, conduite de tir air-sol. Les quatre pilotes « primo-formateurs » explorent les capacités impressionnantes de ce système en naviguant entre glaciers et sommets de 4000m des Alpes suisses. Comment ne pas prendre quelques secondes pour admirer le panorama extraordinaire ? Quelques secondes seulement, car la concentration maximale est requise pour maîtriser à fond et dans les temps impartis l’ensemble du système PC-21.
 
 

L’objectif pour ces quatre pilotes : être capable de transmettre ce savoir-faire à leurs homologues cognaçais dès l’automne prochain et surtout aux premiers stagiaires pilotes, à compter du printemps 2019.

-----------

 [1Le Mission Planning System (MPS) du PC-21 permet de préparer la mission au sol et de la télécharger par module directement dans le cockpit de l’appareil. Le système est également compatible avec le simulateur et autorise à rejouer la mission en simulation ou, à l'inverse, du simulateur vers l’avion. La carte mémoire retrace chacun des paramètres du vol

De plus, l’avionique étant totalement modulable, elle offre la possibilité de simuler progressivement toute sorte d’environnements hostiles. L’instructeur assis en place arrière peut aussi faire évoluer cet environnement en temps réel selon les réactions de l’élève pilote. De même, ces systèmes permettent au pilote de simuler tous les tirs canons, bombes ou missiles, lui permettant ainsi de s’entrainer à des missions aussi variées que l’attaque au sol, la police aérienne ou le combat aérien.

Selon les dernières estimations, les jeunes pilotes formés avec ce genre d’appareil maîtrisent plus vite la gestion des différents systèmes informatiques lorsqu’ils sont transférés sur les chasseurs modernes, puisqu’ils ont déjà l’habitude d’un cockpit entièrement numérique. Source : Aviations militaires.net 

Rate this article: 
Aucun vote pour le moment